mercredi 4 septembre 2013

Le Hezbollah se prépare à une menace existentielle à l’axe de la Résistance


La sérénité du Hezbollah et de l’axe de la Résistance peut être attribuée à plusieurs facteurs, outre le coup de frein donné à l’impulsion internationale quant à une éventuelle frappe contre la Syrie, ou à la relative marche arrière du président Obama, qui s’est gardé de fixer la date de l’éventuelle attaque.
Des sources proches du Hezbollah affirment que «l’axe de la Résistance, qui s’étend de la Palestine à Téhéran, a pris en considération l’éventualité d’une agression contre la Syrie dès le début des évènements en Syrie.
 Avec le temps, et dans la foulée des dernières déclarations faisant état d’une agression, l’axe de la Résistance n’a douté à aucun moment que cette attaque ne peut être ciblée ou limitée, comme voulait la présenter l’Amérique auprès de l’Iran, de la Russie et via les médias. Il sera question d’une attaque globale visant à détruire l’armée syrienne, à paralyser ses capacités et à neutraliser les institutions publiques.
Les mêmes sources affirment que la dernière prise de position américaine n’a pas été encore véritablement évaluée, considérant qu’il faudra attendre les jours à venir, pour la voir se préciser.
En marge des derniers développements, les sources proches de la Résistance affirment que l’axe de la Résistance considère que toute agression contre la Syrie constitue une menace existentielle et non une frappe punitive comme le disent les Américains et leurs fantoches ici.
Par conséquent, l’axe de la Résistance a fourbi ses armes pour riposter à toute menace existentielle. En d’autres termes l’armée syrienne et la Résistance cachent des surprises qui seront dignes d’une bataille existentielle, expliquent les sources qui ajoutent, dans ce cadre, que la Syrie réserve dans son espace aérien et maritime des surprises qui seraient au même titre que celles qu’a dévoilées Hassan Nasrallah, au début de la guerre de juillet.
«Il s’agit d’une guerre de vie ou de mort», poursuit-on de mêmes sources, avant d’ajouter que la Résistance a pris en considération à cet effet toutes les éventualités pouvant émaner d’une confrontation, y compris la possibilité que celle-ci s’élargisse à plusieurs fronts.
Firas el-Choufi, journaliste libanais proche du 8-Mars
AlAkhbar-Traduit par Médiarama  
Et selon le journaliste proche du 8-Mars du quotidien AnNahar, Ibrahim Bayram, des observateurs suivant de près la conduite du Hezbollah et de ses alliés, Damas et Téhéran, relèvent une coordination dans la position affichée par les trois composantes de l’axe de la Résistance.
Il écrit : « Le Hezbollah a décidé de garder le silence et de faire preuve d’attentisme, refusant de dévoiler l’option à laquelle il envisagerait de recourir; le commandement syrien s’est contenté d’évoquer le droit de défendre le pays sans avoir recours au langage vindicatif ou aux menaces; l’Iran s’est contenté de mettre en garde contre les répercussions, les dangers et les conséquences d’une éventuelle agression contre la Syrie ».

Traduit par Médiarama
Source :
http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=128522

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire