mercredi 7 août 2013

Nabih Berry, cible de la cellule terroriste de Daraya?



L’explosion de Daraya, dans l’Iqlim el-Kharroub, propulse sur le devant de scène la question des cellules terroristes dormantes, prêtes à frapper à n’importe à quels moment et endroit.
Les enquêteurs ont commencé à interroger le propriétaire de la maison, l’imam Egyptien Ahmad Dakhakhna et son fils Abdallah, arrêtés dimanche soir. Deux autres fils de Dakhakhna, Abdelatif et Mohammad, ont été tués dans l’explosion de la charge qu’ils manipulaient, et un syrien nommé Mohammad Massoud, a été blessé.
Mais ce qui inquiète le plus les services de sécurité c’est la découverte de dizaines d’autres charges piégées dans une chambre secrète de la maison ainsi que des cartes avec des sites marqués au feutre rouge.
Les enquêteurs cherchent à déterminer quels étaient les objectifs que cette cellule dormante projetait de prendre pour cible.
Des sources de sécurité bien informées citées par le quotidien Ad Diyar affirment que la principale cible des extrémistes dans la période actuelle est le président du Parlement, Nabih Berry, car ils pensent que son assassinat pourrait pousser la communauté chiite dans l’extrémisme.
Le journal rappelle à cet égard que le chef du Législatif avait reçu des mises en garde provenant de services de renseignements européens, qui auraient obtenu des informations sur un plan fomenté par le Qatar et exécuté par des groupes extrémistes du Front al-Nosra, pour assassiner M. Berry.
Ad Diyar ajoute que c’est par pur hasard que ce plan a été découvert, après la saisie de cartes et de documents dans la voiture d’un officier qatari qui suivait un stage de formation en France.
Des sources proches de l’enquête sur l’explosion de Daraya, citées par la presse libanaise, précisent que les victimes de l’explosion «font partie d’une cellule terroriste dormante», et affirment qu’il «existerait au Liban plusieurs cellules de ce genre».
Les mêmes sources ajoutent qu’une deuxième charge explosive a été retrouvée au domicile de Dakhakhna. Il s’agit d’un tuyau de cinq centimètres de diamètre, fermé des deux côtés, et bourré de matières explosives.
Les enquêteurs ont également saisi des cartes géographiques tirées de Google Earth, concernant plusieurs localités du pays, notamment Saadiyet et Hadeth ainsi que des drapeaux de Jabhat al-Nosra.
Deux grenades à main ont aussi été retrouvées à bord de mobylettes appartenant au groupe. Les enquêteurs revoient actuellement les communications téléphoniques effectuées par les Dakhakhna.
Par ailleurs, et contrairement aux informations véhiculées par les médias, Ahmad Dakhakhna, n’est pas l’imam d’une mosquée à Daraya et ne fait pas partie des prédicateurs de Dar el-Fatwa.
Le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, a indiqué que «l’enquête a montré jusqu’à présent que la cellule visait notamment trois cibles à Wadi el-Zeiné (le littoral du Chouf), qu’Ahmad Dakhakhna a assisté à des réunions présidées par Ahmad el-Assir et qu’il recrutait des combattants».
L’ancien ministre Wi’am Wahhab a pour sa part souligné que «Daraya est le village d’origine de l’actuel directeur général des FSI par intérim, le général Ibrahim Basbous». «Il existe peut-être au Liban cinquante ou même cent villages comme Daraya et cela est très dangereux», a-t-il dit.


Source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=124166&cid=18&fromval=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire