mercredi 7 août 2013

L’Iran est prêt à un dialogue ouvert et franc avec l’Occident


Le président iranien Hassan Rohani a insisté au cours de sa première conférence de presse, sur  la volonté de l'Iran d’entamer un dialogue sérieux sur son programme nucléaire sans perdre de temps sur d'autres choses, exhortant les pays occidentaux à adopter un comportement logique et non de recourir au langage  de la menace .
Rohani a affirmé que l’une des priorités de son gouvernement  est de " rechercher la stabilité et éliminer les foyers de tension avec les pays voisins et le monde".
 Il a déclaré que «  le prochain gouvernement sera être a l’écoute des gens pour répondre à leurs questions de façon transparente notant que  "la récente élection présidentielle a démontré que la volonté des Iraniens de traiter avec tout le monde  prime sur toute autre considération ainsi que leur engagement envers  leurs propres intérêts" .

Le  gouvernement soutenu par  le peuple

Le Président Rohani a déclaré que « le prochain gouvernement s'appuiera sur le soutien de la population et sur une coopération continue insistant sur le fait que  sans ce soutien aucune action gouvernementale ne peut aboutir ».
« Nous avons formé des comités et des ateliers pour discuter des circonstances actuelles et des développements régionaux et internationaux et aussi pour définir une ligne de conduite » a-t-il affirmé.
Il a ajouté: « Nous nous sommes appuyés sur le principe de compétence et d'expérience dans notre choix  des candidats au gouvernement : quatre commissions  ont été créées  pour assurer le suivi des affaires étrangères.
Il a ajouté que les comités exécutifs ont pu choisir les élites qui seront capables  de gérer les affaires dans  les ministères.
Rohani a noté que "la ligne de conduite proposée est un ensemble harmonieux capable de travailler de façon organisée et unifiée."
«  Je ne prends aucune décision sous la  pression et les rumeurs selon lesquelles on m’a pressé pour définir une ligne de conduite sont erronées  car j’ai consulté des experts  et des spécialistes » a-t-il renchérit.

Les relations de l'Iran avec la communauté internationale fondée sur la sagesse et la logique
Rohani a déclaré que le "gouvernement de modération se base dans sa politique  sur le respect de l'éthique et du droit , et que nos relations avec la communauté internationale seront basées sur la sagesse et la logique."
Interrogé sur ses relations avec des pays de la région, il  a déclaré ; "le développement des relations avec les pays voisins et ceux  de la région fait partie des priorités du prochain gouvernement."
Rohani a ajouté que "les priorités du gouvernement concernent la recherche de la stabilité et l'élimination des foyers de tension avec les pays voisins et le monde."

Questions économiques nationales
Autre priorité du président Rohani : «l'économie est une priorité pour le gouvernement de la modération  en raison des problèmes rencontrés par les gens ."
Et de poursuivre : «Au cours des cent premiers jours, nous comptons présenter une analyse claire des questions économiques et les programmes nécessaires."
Rohani a souligné que "le gouvernement est déterminé à combler l'écart entre l'inflation et les salaires des travailleurs, notant que" le gouvernement a un programme à court terme et à long terme pour résoudre les problèmes et relancer l'économie ".
Il a souligné que « l'objectif du prochain gouvernement est de rester loin de dépenses inutiles ».
En réponse à une question à propos de la lutte contre la corruption, le président a déclaré que « le spirituel peut s'attaquer à la corruption à travers la transparence ».
Il a souligné que « la lutte contre la corruption se réalisera en préparant  le terrain économique et en brisant le monopole, ajoutant que  "la lutte contre la corruption sera un prélude à la prospérité intérieure et à la  justice."
Pour ce qui est des conditions des universités, le président Rohani a déclaré que le climat spirituel qui prévaut dans les universités du pays devrait être plus ouvert et plein de vitalité et de liberté.

La position de l'Iran à l’égard des Etats-Unis
En réponse à une question sur sa position envers l'appel des Etats-Unis  au dialogue, Rohani a déclaré que la récente déclaration de la Maison Blanche indique que «certains responsables américains n'ont pas réalisé les dimensions politiques de l'épopée écrite par le
peuple iranien, soulignant que le  vote du peuple iranien dans les élections présidentielles est une réponse à l'embargo américain ».
Il a poursuivi qu' « il y a des groupes de pression aux Etats-Unis qui battent les tambours de guerre et cherchent à  imposer leur volonté aux dirigeants américains », soulignant que « le Congrès américain répond à  certains groupes au détriment des intérêts nationaux du pays ».
Rohani a souligné que « l'Iran répondrait de manière appropriée aux mesures  transparentes adoptées par l'administration américaine».
Concernant l’établissement d’un dialogue avec les États-Unis, il a déclaré : «Je n'ai pas exprimé mon désir de dialoguer avec les États-Unis, mais  ma volonté de dialoguer avec chaque pays qui préserve les intérêts de l'Iran, et nous appelons les Etats-Unis à écouter le peuple iranien ».
Rohani a déclaré que «nous recommandons à l'administration américaine d’éviter toute hypocrisie envers l'Iran ».
En réponse à une question s'il souhaite rencontrer Obama en marge d'une réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies, il a déclaré :  "Je n'ai pas encore décidé de me rendre à New York pour participer à la réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies", ajoutant «  ce qui est important c’est d'éliminer les obstacles et les problèmes actuels de l'Iran et ensuite décider avec qui organiser une réunion ».

Programme nucléaire pacifique, un droit légitime de l'Iran
Concernant le programme nucléaire, le président iranien a déclaré que « le programme nucléaire pacifique est un droit légitime de l'Iran et il n’est pas question pour lui de reculer ou d’y renoncer tout en  tenant compte de toutes les lois internationales ».
Rohani a estimé que « l'Iran est prêt à un dialogue sérieux sur son programme nucléaire sans perdre de temps dans d'autres choses et notre devise est le dialogue et non la menace, et la seule solution pour le programme nucléaire est une volonté politique ».
Et de souligner que « l'Iran jouit d'une  volonté politique sérieuse pour résoudre la question nucléaire et dissiper les doutes si la partie  opposée partage ce même sérieux ; alors nous serons en mesure de régler le dossier nucléaire iranien dans un court délai  ».
« Nous ne sommes pas pessimistes au sujet des relations avec l'Occident, mais apparemment, il n'a pas écouté la voix du peuple iranien » a-t-il regretté.

La construction de nouveaux réacteurs en Iran
Interrogé sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires , le président Rohani a déclaré: «Nous avons un plan pour acheter des réacteurs de la Russie qui a exprimé sa volonté de coopérer."
Rohani a souligné qu’ «après l'achèvement du lancement de la centrale nucléaire de Bouchehr ; l’Iran a constaté qu’il a besoin de nouvelles centrales nucléaires et de nouveaux réacteurs », exprimant « l'espoir que les réacteurs nucléaires seront  construits que par des Iraniens ».
Concernant  l'embargo sur l'Iran, Rohani a déclaré que «le but de cet embargo  est d’exercer la pression occidentale sur le peuple iranien et non ses activités nucléaires ».
Rohani a déclaré que "l'Iran ne restera pas les bras croisés sur l'embargo occidental et nous déploierons  tous les efforts pour lever l'interdiction par le dialogue sérieux et constructif."
Rohani a poursuivi: «Nous avons la volonté politique pour résoudre le problème nucléaire dans le respect des droits du peuple iranien », soulignant que" la menace ne va pas résoudre le problème et personne ne peut imposer son opinion sur le peuple iranien. "
Rohani a déclaré que les "pourparlers entre l'Iran et le groupe 5 +1 n'ont pas manqué mais n'ont pas obtenu les résultats escomptés et nous serons également sérieux qux  pourparlers entre l'Iran et le groupe 5 +1 qui nous concerne bonnes intentions sans pression et de menace."
Le président Rohani  a affirmé sur un ton optimiste: « Je suis sûr que si les Occidentaux sont prêts, la préoccupation va s'estomper rapidement, car l'Iran est engagé dans des traités internationaux».

Le règlement de la crise syrienne dépend du peuple syrien
Concernant la crise syrienne, le président Rohani a déclaré que « la solution à la crise syrienne dépend du peuple syrien qui décide de son sort », insistant « sur la nécessité d'une solution politique à la crise syrienne, sans ingérence et sans le soutien aux insurgés étrangers ».
Rohani a condamné « la guerre civile et la présence de terroristes en Syrie sans compter l'ingérence étrangère dans ses affaires ».
Il a précisé que « toutes les parties devraient aider le peuple syrien à trouver une solution, en soulignant que la solution à la crise syrienne est un dialogue national sans ingérence extérieure ».
A noter qu’il s’agit de la première conférence de presse pour le nouveau président iranien ; conférence qui a eu lieu en présence de plus de 300 correspondants et photographes de l'intérieur et de l'extérieur du pays.

Source :  http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=124254&cid=86&fromval=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire