dimanche 28 juillet 2013

Massacre contre 50 soldats syriens à Alep


Les groupes terroristes ont commis un massacre contre des soldats de l’armée arabe syrienne dans la localité de Khan al-Assel à Alep, tuant à balles réelles plus de 50 personnes. Le bataillon terroriste "Ansar al-Khilafa" a revendiqué le massacre. Les dépouilles des victimes ont été mutilées et jetées dans une grande fosse aux abords de ladite localité.
Selon l’OSDH, plus de 150 soldats syriens ont trouvé la mort dans les derniers combats à Khan al-Assel.
Dans la région de Hassakeh, l’agence de presse syrienne Sana a fait état d’un massacre commis par les groupes armés contre les habitants du village Makbara, dans la campagne de la ville. Ils ont condamnés sept civils en réaction à l’opposition des habitants aux agissements des hommes armés !
L’armée syrienne progresse dans un quartier rebelle de Homs
L'armée syrienne contrôle désormais "50%" de Khaldiyé, bastion rebelle et un des plus grands quartiers de la ville de Homs (centre), où bombardements et combats faisaient rage samedi.
"L'armée a progressé au cours des dernières 24 heures et contrôle désormais 50% de Khadiyé", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Dans la nuit de vendredi à samedi, "les violents bombardements au mortier et à l'artillerie n'ont pas arrêté", a-t-il indiqué, précisant que le secteur rebelle était encore pilonné samedi en matinée.
Khaldiyé se situe dans le nord de Homs, surnommé "capitale de la révolution" par les militants.
   Abdel Rahmane a indiqué que les rebelles opposaient une "résistance farouche" à cet assaut et que les "combats étaient très intenses".
   Les militants ont également rapporté des "combats très violents" entre rebelles et l'armée.
   "Khaldiyé est visé par un bombardement violent et sans interruption; des combats très violents opposent l'Armée syrienne libre (ASL, rebelles) aux forces du régime appuyées par le Hezbollah libanais qui tentent de prendre le quartier", indique pour sa part la Commission générale de la révolution syrienne, un réseau de militants.
 Outre Khaldiyé, les quartiers du vieux Homs, tenus par les insurgés, étaient également bombardés, selon l'OSDH et les militants.
 Le régime veut rééditer son succès militaire à Qousseir (centre-ouest), bastion rebelle depuis un an repris en juin par l'armée.
Plus de 70 islamistes allemands en Syrie (presse)
  
Plus de 70 islamistes allemands sont partis en Syrie participer aux combats, un nombre en augmentation, a rapporté samedi le journal régional "Westdeutsche Allgemeine Zeitung" sur son site internet.
"Selon les plus récentes données du gouvernement fournies au Parlement, les services de sécurité ont maintenant des indications sur le fait que plus de 70 islamistes d'Allemagne sont partis en direction de la Syrie pour participer aux combats ou soutenir la résistance au régime de Bachar al-Assad d'une autre manière", écrit le journal, citant une réponse du gouvernement à une question parlementaire.
Au niveau européen, ce nombre monterait à "plusieurs centaines de personnes", sans plus de précisions.
 Fin juin, il n'était encore question que de 60 islamistes d'Allemagne partis en Syrie. Le gouvernement allemand estime que ces combattants représentent à leur retour en Allemagne un "risque accru pour la sécurité" du pays.
Accord sur les armes chimiques en Syrie (ONU)
  
L'ONU a indiqué vendredi être parvenue à un accord avec la Syrie pour enquêter sur l'emploi éventuel d'armes chimiques, sans préciser si les inspecteurs des Nations Unies auraient la possibilité d'enquêter sur place.
   Deux envoyés spéciaux de l'ONU se sont rendus mardi et mercredi à Damas et ont eu des entretiens avec le vice-Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères syriens, selon un bref communiqué des Nations Unies.
   "Les discussions ont été rigoureuses et productives et ont mené à un accord sur la façon de poursuivre", a ajouté le communiqué, sans donner plus de détails.
  Ake Sellstrom, chef de la mission des Nations unies chargée d'enquêter sur les allégations d'usage d'armes chimiques en Syrie, et Angela Kane, haute représentante des Nations unies pour les Affaires de désarmement, vont rendre compte de leur voyage au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.
   Ban Ki-moon a réclamé un accès généralisé pour enquêter sur toutes les allégations d'emploi d'armes chimiques dans le conflit qui dure depuis 28 mois.
L'ONU a déclaré avoir reçu des informations sur 13 cas d'attaques dans le conflit.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire