mercredi 10 juillet 2013

La Présidentielle et le nucléaire au cœur d’un discours du Guide suprême

 
 
 IRIB- Recevant en audience le président et les responsables de l’appareil judiciaire, le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, a prononcé un discours important

 avec pour thème la présidentielle du 14 juin et l’hostilité de l’Arrogance mondiale à l’encontre de la nation iranienne sous prétexte du nucléaire.

A l’approche de l’anniversaire de l’attentat terroriste du 28 juin 1981, le président et les responsables du pouvoir judiciaire ont été reçu en audience le mercredi 26 juin par le Guide suprême de la Révolution islamique. Pour le rappel, le 28 juin 1981, le groupuscule terroriste des Monafeqin a mené un attentat à la bombe au bureau central du Parti de la République islamique à Téhéran au cours duquel le chef de l’époque de la Cour suprême, l’Ayatollah Beheshti, et 72 autres responsables iraniens sont tombés en martyre. Lors de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei a fait allusion à cet attentat terroriste soulignant que cela avait démasqué le vrai visage des Monafeqin et de leurs alliés occidentaux auprès de la nation iranienne. « Une fois son vrai visage démasqué chez les Iraniens, le groupuscule terroriste des Monafeqin s’est vu obligé de quitter l’Iran », a déclaré le Guide suprême de la Révolution islamique.

L’honorable Ayatollah Khamenei s’est ensuite attardé sur les élections présidentielles qui ont eu lieu le 14 juin 2013 à travers l’Iran en disant : « Le scrutin du 14 juin a été une véritable épopée, dans le sens littéral  du terme, une épopée qui a été même reconnue par les Etats-Unis et leurs alliés ».

Un an avant la tenue des élections présidentielles en Iran, les hommes d’Etats et les médias de plusieurs pays dont les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont commencé à lancer des campagnes d’intoxication afin d’empêcher l’organisation des élections, si possible, sinon de décourager les Iraniens à se rendre aux urnes. L’Occident croyait faussement pouvoir empêcher les Iraniens de participer aux élections en leur suggérant la déception et le pessimisme. Or, les élections présidentielles iraniennes se sont déroulées dans une ambiance transparente et enthousiaste d’autant plus que la nation iranienne les a transformées en une épopée politique  par un taux de participation de 72%. Les chancelleries occidentales espéraient des troubles postélectoraux mais « le comportement responsable des candidats à la présidentielle, axé sur la loi, a offert le calme et la joie aux Iraniens », selon le Guide suprême.

L’important est que même les citoyens, qui ne sont pas pro-gouvernementaux, se sont rendus aux urnes pour ainsi faire preuve de leur confiance en l’Ordre de la République islamique d’Iran et en les responsables du pays. Dans une autre partie de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei s’est exprimé sur les activités nucléaires pacifiques de l’Iran. « Les Etats-Unis et leurs alliés au Conseil de sécurité de l’ONU ont émis de nombreuses résolutions illégales contre les programmes nucléaires pacifiques iraniens tandis que l’Agence internationale de l’énergie atomique a reconnu, dans un document écrit, que les points ambigus avaient été dissipés ».

Ceci dit, si les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux avaient porté un regard professionnel au dossier du nucléaire iranien, celui-ci aurait dû se fermer depuis longtemps, mais la réalité est que nombre de pays occidentaux, qui se croient les représentants de la communauté mondiale, se servent du nucléaire iranien comme un prétexte pour ainsi resserrer l’étau autour de l’Ordre de la République islamique d’Iran. Ce qui s’est passé pendant ces dix dernières années entre l’Iran et l’Arrogance mondiale a prouvé comment l’Occident instrumentalise le nucléaire, la démocratie et les droits de l’Homme pour ainsi poursuivre ses politiques hostiles contre la Révolution et l’Ordre de la République islamique d’Iran. Il est évident que les hostilités, la guerre des nerfs, les menaces et les sanctions pourraient temporairement ralentir le cours des progrès de la nation iranienne mais elles ne sont nullement en mesure de l’arrêter.





Source : http://french.irib.ir/info/guide-supreme/item/263020-la-présidentielle-et-le-nucléaire-au-cœur-d’un-discours-du-guide-suprême

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire