samedi 13 juillet 2013

Homs et Qaboune bientôt libérés ... Et Alep mange à sa faim!


La totalité de la ville de Homs devrait tomber entre les mains de l’Armée Arabe syrienne (AAS) dans les jours suivants.
Les groupuscules armés ont décidé de se retirer de cette ville, a indiqué le quotidien britannique Times, selon lequel « cette démarche constitue une grosse perte pour les forces de l’opposition et une victoire stratégique importante et de propagande pour l’armée régulière ».
D’autant plus que cet exploit permettra à l’AAS de consolider sa présence sur la route qui relie Damas au littoral méditerranéen.
«  Cette information a été confirmée par un diplomate européen entretenant des contacts aussi bien avec le gouvernement syrien qu’avec l’opposition », précise le journal.
Selon ce diplomate, cette défaite est due au fait d’avoir perdu les liens avec le Liban ainsi le contrôle par les forces gouvernementales et le Hezbollah de la région Yabroud qui constituait le chemin d’approvisionnement des armes des insurgés.
Et Qaboune aussi
Même scénario dans la province de Damas, où le quartier AlQaboune, situé au nord-est de la capitale, à l’entrée de la Ghouta orientale et relié aux quartiers stratégiques de Barzé et Jobar, devrait lui aussi tomber entre les mains des forces gouvernementales.
Selon le journal libanais AsSafir, « les miliciens y ont essuyé un coup dur depuis trois semaines, en raison du retrait de plusieurs groupuscules armés, dont les « Brigades des martyrs de Douma », sans compter les divergences qui ont éclaté entre les milices « Brigade première » et «  Brigade de l’armée des Musulmans ». Parmi les milices récalcitrantes est citée la « Brigade de l’Islam », qui a préféré se retirer de la Ghouta.
Des miliciens de l'ASL à QabouneCes désistements remontent au fait que les forces gouvernementales sont parvenues à assécher les approvisionnements en armements des miliciens en prenant le contrôle des régions périphériques de Qaboune, où un tunnel de plus de 500 mètres la reliant à Arbine, l’entrée de la Ghouta orientale a été découvert et détruit.
Selon Assafir, la situation est similaire dans le quartier Barzé où l’armée contrôle désormais de grandes surfaces, à l’exception des vergers qui le séparent de Qaboune.
Terrain: riposte,
En riposte, les milices ont pilonné les quartiers résidentiels. «  6 citoyens sont tombés en martyre et 40 autres ont été blessés dans des tirs d’obus de mortier sur les habitations résidentielles dans l’entourage de la mosquée AlFarouk et la Rue Al-Nahlaoui dans la région AlAmmar, au centre de Damas », a déclaré une source de la police de Damas.
Près de la citadelle d'Al-HosnDans le gouvernorat de Homs, et plus précisément dans la ville de TalKalekh, des combats ont éclaté dans l’entourage de la citadelle AlHosn, et 25 soldats ont péri dans une série d’assauts perpétrés contre des barrages militaires et ceux des comités populaires par les miliciens du front al-Nosra », a révélé l’agence Russia Today. En riposte, l’AAS a pilonné les positions des miliciens, parmi lesquels certains ont péri. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme qui siège à Londres, les combats sont au plus fort dans les vieux quartiers de Homs, notamment Khalidiyyé et la vielle ville.
Et puis selon Arabi-Press, un massacre a été perpétré dans le village Kamiri dans la province de Talkalekh au cours duquel 5 membres de la même famille ont succombé dont un bébé et des femmes.
Alep mange à sa faim 
 
Les pressions et les protestations de colère des Aleppins ont porté leur fruit.  Elles ont permis d’alléger le blocus imposés depuis deux semaines par les miliciens, sur les quartiers ouest d’Alep, où résident plus de la moitié des Aleppins, pour les punir pour leur soutien au pouvoir syrien.Déferlement des Aleppins vers Boustane AlKacer pour faire de courses
Selon le journal Alkhbar, des camions de légumes sont rentrés vendredi matin dans les quartiers Alep-Jadidé, Aziziyyé, Sleymaniyyé, Hamadaniyyé. La boulangerie gouvernementale dans ce dernier quartier a commencé à travailler et à vendre du pain 24 heures sur 24 au prix officiel de 15 livres syriennes, après l’arrivée d’une cargaison de farine.
Histoire pour du pain
Durant la semaine infernale du blocus, entré en vigueur depuis le début de juillet, les Aleppins avaient tenté d’user de tous les moyens de faire passer des denrées alimentaires des quartiers est ; et ce à travers le seul passage qui sépare les deux pans de la ville, celui de Boustane AlKacer, tenu par les miliciens de l’ASL et du front alNosra et surnommé « le passage de l’humiliation et de la mort ».
Supervisé par les comités d’ordre, avaient interdit l’entrée d’un poids de plus d’un kilogramme le pain, de fruits et légumes, de viande, de produits laitiers, de médicaments et de carburant.
Un Aleppin a rempli une fois sa télévision de pain et de concombre, mais il a été attrapé et roué de coups, et traitée de « Chabbih trafiquant ». Des femmes qui ont essayé de cacher du pain et de la viande autour de leur poitrine, sous leurs manteaux ont subi un sort similaire.
Selon AlAkhbar, des dizaines de Syriens ont été tués sur ce passage dans leur périple pour faire passer quelques kilogrammes d’aliment, avant que les choses n’éclatent et les habitants des quartiers tenus par les miliciens ne descendent eux-mêmes dans les rues pour protester contre l’embargo qui rapportent des millions aux miliciens.

«  Les miliciens, dont la plupart ne sont pas syriens,.., contrôlent le mouvement des kilogrammes de concombre, de tomates et pèsent les sacs avec leur main, et lorsqu’ils croient que le poids dépasse les 1 kilogramme, il jette les surplus », rapporte un aleppin, Hani AlFayçal, qui a emprunté le passage en raison de la coupure de la route de Damas.
Hystérie sur les médias
Selon Maher Chakib, cité par AlAkhbar, «  la folie des miliciens a atteint des niveaux horribles et il cherchent par tous les moyens sauvages et féroces à nous humilier ».
«  Mais ceux qui sont les plus hystériques sont ceux qui tentent de les défendre à travers les medias en prétendant que ces miliciens sont des membres des services de renseignements qui font ceci pour ternir l’image de la révolution », ajoute Chakib, fustigeant ce discours tendancieux.
Terrain à Alep: Mennegh et Oyoune
Des miliciens blessés près de l'hopital gouvernemental Des dizaines de miliciens ont été tués aux alentours de l’aéroport de Mennegh, dans une attaque aérienne contre deux camions transportant des armements. Selon les comités de coordination de la révolution, «  des miliciens ont été tués dans le tir d’un missile Scud ».
Des dizaines de miliciens ont également été tués ou blessés dans un pilonnage par les forces régulières contre l’hôpital gouvernemental AlOyoune, transformé en le quartier général par des centaines de miliciens non syriens takfiris et qui renferme aussi l’Instance juridique du front al-Nosra. Selon une source de l’opposition syrienne proche de la milice de l’Armée syrienne libre, il est interdit aux membres de cette dernière de l’approcher.
Armes vendus à qui payent plus
Par ailleurs, le chef de la milice « Brigade des libres de la Syrie » a mis en garde contre «  les tentatives de certaines parties d’acheter les armements lourds et de qualité qui se trouvent entre les mains des brigades..., en échange de sommes importantes fournies par le regime et d’autres parties qui veulent affaiblir les forces révolutionnaires militaires ».
Nouveaux arrivants : Talibans pakistanais
Le mouvement Talibans-Pakistan a ouvert un bureau en Syrie, et plus particulièrement à Taftanaz dans le gouvernorat d’Idleb, a révélé la chaine de télévision britannique BBC, citant le commandant de ses opérations Mohammad Amine.
Le siège est supervisé par des combattants moyen orientaux qui avaient combattu dans le passé en Afghanistan et se sont rendus en Syrie, Miliciens pakistanais en Syriedont 12 miliciens au moins experts dans les guerres et les renseignements. Une cellule chargée de surveiller « le jihad » en Syrie a été fondée en Syrie depuis 6 mois, avec le feu vert de toutes les factions armées à l’intérieur et à l’extérieur du mouvement des Talibans-Pakistan qui combat l’armée pakistanaise.
«  le but étant d’évaluer les besoins du jihad en Syrie, et d’exécuter des opérations communes avec nos amis syriens », indique Amine, selon lequel «  des dizaines de pakistanais voudraient rejoindre l’insurrection contre l’armée syrienne, mais le conseil que nous avons reçu est que pour le moment, il y a assez de forces combattantes en Syrie ».
Dans une vidéo postée sur la toile, montrant un groupe d’une quinzaine d’hommes armés et à cheval, un communiqué lu par l’un d’entre eux annonçaient la présence de ce mouvement sur tout le territoire syrien.
Ils s'ajoutent à des dizaines de milliers de miliciens venus de plus d'une trentaine de pays!

Source: http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=120624&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire