mercredi 10 juillet 2013

Bras dessus, bras dessous : le tango des Américains avec les salafistes !


IRIB- Depuis 2001, les administrations américaines se sont fixé un plan de « guerre contre le terrorisme » :

contre les talibans en Afghanistan, contre le parti Baath en Irak, et contre les salafistes et les takfiris liés à l’al-Qaïda dans le monde. Mais depuis deux ans, la Maison Blanche semble changer de politique.
Après les attentats du 11 septembre 2001, les administrations américaines ont décidé d’empêcher les groupes extrémistes d’accéder au pouvoir dans les pays du Moyen-Orient, dans le cadre de leur projet de soi-disant « guerre contre le terrorisme ». Mais les événements qui se sont produits depuis deux ans ont obligé les dirigeants américains à réviser leurs projets. Aujourd’hui, les Etats-Unis sont témoins des victoires successives de la Résistance, victoires qui mettent de plus en plus les Etats-Unis et leurs alliés régionaux et internationaux sur la défensive.

Pour se battre contre le front de la résistance, les dirigeants de la Maison Blanche ont compté d’abord sur une montée au pouvoir des Frères musulmans dans des pays comme l’Egypte, la Tunisie et la Libye. Mais le bilan des Frères musulmans a montré depuis deux ans que ce courant ne peut pas être un partenaire fiable pour les Etats-Unis, d’autant plus que les Frères musulmans n’ont pas réussi à modifier la structure politique et sociale de ces pays, pour donner un exemple à suivre dans les autres pays arabes. En même temps, le gouvernement américain est incapable de se donner à un affrontement direct contre le front de la Résistance. L’opinion publique américaine s’y oppose, et cela amène la Maison Blanche à rejouer les vieilles cartes de sa politique au Moyen-Orient : les Etats-Unis décident donc de donner un nouveau rôle aux groupes qui ont permis à Washington, depuis une décennie, d’intervenir dans les affaires de la région, sous prétexte de lutter contre eux : les salafistes et les takfiris liés ou pas à al-Qaïda.

L’ordre du jour de la Maison Blanche semble changé de manière significative : aujourd’hui, les Etats-Unis veulent établir un dialogue direct avec les talibans en Afghanistan. En Ira, ils sont pour la fin de la politique hostile contre les résidus de l’ancien parti Baath. Les dirigeants américains deviennent de plus en plus complaisants envers les salafistes, les takfiris et les autres groupes extrémistes liés à al-Qaïda. En effet, ces derniers n’ont effectué aucune opération contre les intérêts des Etats-Unis. Ils recrutent plus facilement leurs nouveaux éléments en Afrique, mais aussi aux Etats-Unis et dans les pays européens. L’objectif de la Maison Blanche semble pourtant être clair : la formation d’un réseau terroriste chargé de rendre service aux intérêts des Etats-Unis dans son combat contre le front de la Résistance.

La Syrie est le laboratoire de cette nouvelle stratégie de Washington : les Etats-Unis et leurs alliés soutiennent les groupes extrémistes pour affaiblir le gouvernement de Damas et l’axe de la Résistance. Dans les autres pays de la région, la machine de propagande des Etats-Unis suggère que les salafistes et les takfiris représentent les revendications des populations ! les médias occidentaux et arabes essaient de suggérer que l’axe de la Résistance a été incapable de réaliser les revendications des peuples arabes, c’est-à-dire la libération des territoires occupés par le régime sioniste, et que maintenant ce sont ces groupes extrémistes salafistes qui ont gagné la confiance les peuples arabes pour réaliser cet objectif. Or, tout le monde sait que les salafistes n’ont jamais agi pour défendre la cause de la Palestine, et qu’ils ne se sont jamais opposés au régime israélien, mais verbalement ! En tout état de cause, la nouvelle stratégie de l’Occident consiste à s’allier avec les talibans, les anciens membres du parti Baath irakien, les salafistes et les takfiris d’al-Qaïda pour se battre contre l’axe de la résistance. 

Source : http://french.irib.ir/analyses/articles/item/265023-bras-dessus,-bras-dessous-le-tango-des-américains-avec-les-salafistes



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire