dimanche 2 juin 2013

Un religieux yéménite se révolte contre « la révolution syrienne »

Pourtant cheikh Abdel-Majid AlZendani avait fervemment soutenu l’insurrection syrienne à ses débuts, avant de voir les horreurs dont elle est capable.
Ce religieux yéménite de renommée, proche du courant salafiste avait même appelé au jihad en terre du Levant et demandé aux pays limitrophes de la Syrie d’ouvrir leurs frontières devant « les moudjahidines ».
Mais depuis qu’il a vu ses crimes, il n’a pas hésité à changer de position.
«  Chaque jour la révolution recule encore plus », constate-t-il sur sa page Facebook.
Il reproche à la rébellion syrienne surtout d’avoir commis des actes terroristes, signalant entre autre l’assassinat de  cheikh Mohammad Saïd Ramadane al-Bouti. Cet éminent religieux syrien a été tué ainsi que depuis deux mois dans une explosion perpétrée dans la mosquée de Damas où il prononce ses sermoms, ainsi que plus de 50 de ses disciples.
 L'estrade ( minbar) de la mosquée des Omeyyades à Alep avant d'être volésLe vol de Le vol de l'estradel’estrade de la mosquée omeyyade d’Alep est selon lui un acte blâmable.
ce joyaux islamique a été dérobé par les miliciens de l'ASL qui occupent cette mosquée depuis quelques mois et ont aussi détruit son minaret, également historique.
Cheikh Zendani aussi a critiqué l'acte de cannibalisme dont a fait preuve un milicien de la région de Homs, estimant que " le fait d’avoir dévoré le cœur d’un soldat L'estrade ( minbar) démantelésyrien devant les caméras" est un acte qui porte atteinte à "la révolution syrienne".
De surcroit, il a condamné le meurtre de la correspondante de la télévision syrienne, Yara Abbas. Elle a été abattue dans la ville de Qousseir la semaine passée. 
«  Il est strictement interdit de tuer les femmes sans armes, ni les journalistes, ni les gens des médias », rappelle-t-il.
Cheikh Zendani estime aussi que les assassinats perpétrés par les miliciens tchétchènes ne font que rendre service au régime syrien devant l’opinion publique internationales et les organisations internationales.
Les obsèques de Yara AbbasIl rappelle aussi les propos de l’ancien chef de la milice de l’Armée syrienne libre (ASL), le colonel déserteur de l'armée régulière Riad AlAssaad, amputé d’une jambe dans une tentative d’élimination et qui se plaint que personne ne vient lui rendre visite à l’hôpital (en Turquie) et que chacun travaille pour ses propres intérêts.
Le religieux yéménite s’est aussi arrêté sur les propos du chef de la coalition Moaz al-Khatib qui dit que « le Qatar soutient les groupuscules terroristes en Syrie, mais ne soutient ni les Syriens, ni les réfugiés ».
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire