samedi 22 juin 2013

Les sunnites aussi victimes de la « révolution » en Syrie


Le 21 juin 2013, vers quatre heures du matin, la fille Rola Hokouk se réveille comme de coutume pour faire la prière du matin, réciter le Coran et lire des invocations. Habitant dans le quartier Qamiy’a à Yabroud, dans la campagne de Damas, Rola quitte rarement son village. Ce matin, et après l’appel à la prière, les habitants du village entendent des tirs de feu nourris, provoquant la panique dans leurs rangs.
Une fois réveillés, ils se rendent compte que des hommes armés ont tué la jeune Roula Adnane Hokouk (24 ans), diplômée de droit, université de Damas. Selon des sources proches de la famille de la victime, « un groupe armé affilié aux brigades Assawra à Yabroud a ouvert le feu sur la fille, accusée de gérer une page sur le site de socialisation Facebook ».
« Des hommes armés ont pris d’assaut et fouillé la maison à la recherche de Roula. Ils l’ont trouvée en train de prier. Mais ceci n’a pas empêché les hommes armés encagoulés de la tuer à bout portant », raconte un proche de la victime.

Et de poursuivre : « Ils ont ensuite trainé son corps vers le salon où ils on tiré plusieurs balles sur sa tête ». Sa famille assure que Rola a succombé à la première balle. La mère et la sœur de la victime ont également été blessées par balles, les hommes armés disaient que les deux femmes méritaient aussi la mort.
Depuis des mois, les comités de coordination de la soi-disant révolution syrienne ont consacré des récompenses à quiconque dénonce des internautes partisans du régime syrien à Yabroud. Les récompenses ont atteint le montant d’un million de livres syriennes en échange d’une information sur tout internaute qui gère une page pro-Assad sur le site de socialisation Facebook.
Cette offre a poussé l’un des habitants de Yabroud à dénoncer Roula et ses partenaires qui gèrent la page. Avant d’arriver à la maison de Roula, les terroristes armés ont attaqué la maison de la famille Khalil. Ils ont amené le propriétaire à la rue principale et tiré le feu sur ses quatre membres après avoir mobilisé les habitants de la région. Ils ont également battu sa femme et sa fille devant la foule.
Cet incident rappelle les allégations des médias qataris, égyptiens, turcs et saoudiens qui appellent jour et nuit à sauver la communauté sunnite de l’injustice des alaouites en Syrie. Des brigades wahhabites ont condamné à mort des sunnites sans aucun procès. Roula en est un exemple. Elle était une fille sunnite, et elle a été tuée juste parce qu’elle soutenait le Président de son pays !
Et un enfant égorgé à Alep
 Les crimes des brigades de la soi-disant révolution syrienne sont loin d’être terminés. Au quartier Ferdos au sud d’Alep, des hommes armés de l’opposition ont égorgé un enfant handicapé parce qu’il a été assimilé au « dajjal le borgne» (l’antéchrist) !
L’enfant avait une malformation dans son œil, entouré d’une grande boule de graisse.
Selon certains hadiths rapportés, Dajjal ou l’antéchrist est un homme qui apparait à la fin du Temps, avant l’avènement du descendant du prophète l’imam Mahdi et du Christ.

Source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=117489&cid=18&fromval=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire