mardi 25 juin 2013

Hamas/Jihad islamique: la rupture? par Asma al-Ghoul


 IRIB-Le Jihad islamique a appelé le gouvernement de Gaza à se séparer ...
 ...du ministre de l’Intérieur Fathi Hammad, après que Raed Jundiya, un responsable des Brigades d’Al-Quds - l’aile militaire du Jihad islamique - a été abattu par un agent de police à la suite d’un raid sur sa maison dans le quartier de Shujaiya à l’est de la ville de Gaza. Le Jihad islamique a également demandé que le Hamas assume la responsabilité de l’assassinat de Jundiya.

Dans une interview exclusive avec Al-Monitor, Nafez Azzam, membre du bureau politique du Jihad islamique, a déclaré que le meurtre était un crime et acte irresponsable commis par la police. Il a appelé le Hamas à en assumer la responsabilité et à se séparer du ministre de l’Intérieur ou du chef de police.

Au cours d’un entretien téléphonique, Azzam a dit que tout a commencé avec un banal incident concernant la résistance, mais que le groupe a été choqué de voir des dizaines de policiers envahir la maison de Jundiya sans en avertir le Jihad islamique, malgré un accord entre les deux mouvements.

Azzam a dit que les Brigades Al-Quds niaient le lancement de roquettes sur Israël, insistant sur le fait que le mouvement n’était pas une bande inorganisée ou une simple milice armée, mais une organisation militaire responsable de ses actes.

« Tout au long de la crise, et pendant les funérailles de Jundiya, les Brigades Al-Quds n’ont pas tiré un seul coup de feu, et elles ne se se feront pas justice par elles-mêmes. Mais dans le même temps, les choses ne seront plus comme elles l’étaient avant la mort de Jundiya. Le Hamas doit réagir à ce qui s’est produit en dénonçant le ministre de l’Intérieur qui porte la responsabilité de ce qui s’est passé, qu’il ait été ou non au courant du projet d’assassinat. L’appareil policier est sous l’autorité du ministère de l’Intérieur » , a-t-il encore dit.

Une source a révélé à Al-Monitor que l’incident serait lié à la disparition d’armes appartenant à un groupe de la résistance affilié aux Brigades Al-Quds, ce qui a causé un problème interne dans le mouvement. En conséquence, la personne en charge des armes a été enlevée pour être interrogée. La famille de la personne enlevée s’est rendue à la police et a déposée une plainte, accusant Jundiya d’avoir kidnappé son fils.

Azzam a ajouté : « Nous sommes désireux de maintenir des relations solides avec toutes les organisations du peuple palestinien, et nous avons toujours cherché à éviter les tensions. Mais ce qui s’est passé est un crime selon tous les critères. Des dizaines de policiers armés se sont rendus à la maison de Jundiya, alors qu’il existait une procédure pour la communication et la coordination avec le mouvement. Jundiya a été tué de sang-froid ».

« Nous voulons savoir pourquoi le ministère de l’Intérieur a agi de cette façon », a-t-il encore dit.

Le porte-parole du Ministère de l’Intérieur, Islam Shahwan, a déclaré à Al-Monitor que le ministère « ne peut pas faire de commentaire sur l’incident ou blâmer quiconque jusqu’à la publication des résultats de la commission d’enquête dans les prochaines heures ». II a noté que la commission d’enquête se compose de Marwan Abu Ras, membre du Conseil législatif palestinien , ainsi que de représentants de la famille de Jundiya, du Jihad islamique, et du ministère de l’Intérieur.

Shahwan a déclaré que la police s’est rendue au domicile de la famille du Jundiya après que celui-ci n’ait pas répondu à deux demandes à comparaître devant le procureur général et les autorités judiciaires dans un délai de moins d’une semaine. En conséquence, les trois membres de la police - et non des dizaines, selon lui - se sont rendus à son domicile.

Concernant les accusations selon lesquelles le Hamas n’a pas respecté les règles établies avec le Jihad islamique à la suite de la demande de comparution de Jundiya par le tribunal, Islam Shahwan a déclaré que la « charte d’honneur » signée par le Jihad islamique et le Hamas dans le cadre de leur coopération ne prévoit pas d’immunité dans un cas d’affaire criminelle. Il a ajouté que « Jundiya avait été accusé de l’enlèvement d’un citoyen. Nous ne voulons pas d’un problème interne déstabilisant la situation sécuritaire dans le secteur ».

Quant à la demande d’une démission du ministre de l’Intérieur ou du chef de la police, il a ajouté que le ministère de l’Intérieur portera une part de responsabilité si le comité d’enquête l’établit. Il a dit être à l’écoute de toutes les opinions et que le gouvernement n’est pas au service d’une organisation mais à celui de tous les citoyens. Il a aussi déclaré : « Nous attendons la publication du rapport médico-légal, qui est dans les mains du procureur général, ainsi que les résultats de la commission d’enquête. Nous assumerons toutes nos responsabilité à cet égard »

En ce qui concerne les tirs de roquettes, Shahwan a déclaré que les unités de sécurité n’ont pas détecté de lancement de missiles. Les Brigades Al-Quds et d’autres factions ont nié tout tir de roquette depuis la bande de Gaza. Shahwan a tenu Israël pour responsable de toute possible escalade militaire.

Shahwan a ajouté que « les forces de l’occupation israélienne ont menacé depuis une semaine de bombarder les zones de la bande de Gaza et de cibler ses dirigeants. Il y a deux jours, le 22 juin, Israël a accusé les Brigades Al-Quds de lancement de missiles, ce qui plus tard s’est avéré être des exercices militaires menés à distance. Mais Israël veut profiter de la situation et s’attaquer à Gaza. Cette escalade a abouti à une déclaration d’Avigdor Lieberman, le lundi 24 Juin, qui dit qu’Israël doit saisir l’occasion et entièrement occuper la bande. »

Azzam a ajouté : « Nous savons qu’Israël essaie de profiter de cette atmosphère et d’aggraver la situation. Il a réussi à se débarrasser d’un personnage clé de la résistance comme Jundiya. »

Lors d’une conférence de presse en présence de Al-Monitor, lundi 24 juin, le Premier ministre de Gaza, Ismail Haniyeh, a confirmé la forte relation avec le Djihad islamique. Il a déclaré que « ce qui s’est passé dans Shujaiya est un incident tout à fait exceptionnel dans le cadre de cette relation que personne ne peut remettre en question. »

Haniyeh a ajouté : « Sans attendre les résultats qui seront publiés par la commission d’enquête, je transmets personnellement et au nom du gouvernement, mes plus sincères condoléances à la famille Jundiya et au Jihad islamique. Je vous assure que nous nous sentons votre douleur et la sauvegarde de vos vies sont de notre responsabilité. Nous allons chercher à préserver les bonnes relations que nous entretenons avec vous. »

Il a poursuivi : « Notre relation avec le Djihad islamique est solide et fondée sur [l’engagement] à la résistance dans l’intérêt de l’islam et de la Palestine. » Il a ajouté que son gouvernement au cours des dernières heures avait multiplié les contacts avec les responsables du Jihad islamique et la famille de Jundiya, afin de garder la situation sous contrôle et d’imposer le langage de la raison.

Source : http://french.irib.ir/component/k2/item/262825-aa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire