lundi 24 juin 2013

Gaza – Le Hamas tue l’ennemie numéro 1 d’Israël appartenant aux “Brigade Al-Qods”

Note de la Rédaction :
Il semblerait que le Hamas ait décidé de rendre définitivement les armes.
En tuant l’ennemi numéro 1 d’Israël à Gaza, le Hamas a rendu un sacré service  à l’entité sioniste.
Le Hamas part le biais du Qatar semble avoir fait le choix de la diplomatie avec Israël. 
Le parti pourrait se normaliser et devenir le nouveau Fatah de Gaza.
Pour rappel, le Jihad Islamique est composé de soldats entrainés et armés par l’Iran.
Ce groupe a tenu tête à Israël lors de la dernière guerre en envoyant chaque jour des missiles sur les villes sionistes.
An Islamic Jihad militant takes part during an anti-Israel rally in Gaza
lapresse.ca – Le Jihad islamique a suspendu ses contacts avec le Hamas, au pouvoir à Gaza, à la suite de la mort dimanche d’un de ses chefs militaires blessé dans un accrochage avec la police, a indiqué un responsable du Jihad.
«Le Jihad islamique a suspendu aujourd’hui ses contacts avec le Hamas après que la police du Hamas a ouvert le feu sur un des dirigeants de son aile militaire, les Brigades Al-Qods, Raëd Joundiya, 38 ans, grièvement blessé hier et décédé ce matin de ses blessures», a précisé à l’AFP ce responsable sous le couvert de l’anonymat.
Il a imputé à «la police du Hamas la responsabilité de la mort de Joundiya».
Dans un communiqué, les Brigades Al-Qods ont affirmé que «Raëd Joundiya avait succombé aujourd’hui à ses blessures subies hier après avoir été visé directement à la tête par la police du gouvernement de Gaza dans sa maison».
«L’assassinat de Raëd Joundiya représente un grand service offert gratuitement à l’ennemi sioniste, que ce soit délibérément ou non, parce que le martyr, comme chacun sait, était en tête de la liste des assassinats sionistes en tant que responsable de l’unité des roquettes des Brigades», selon le texte.
«La police a tenté d’arrêter le martyr et lui a ensuite tiré dessus en raison de sa participation à la découverte d’un groupe qui a essayé de voler les armes de la Résistance plutôt que de soutenir» cette dernière, ont affirmé les Brigades, apparemment en allusion à des groupes jihadistes salafistes rétifs au respect du cessez-le-feu avec Israël.
La famille a affirmé après l’enterrement que selon le médecin légiste, Joundiya avait été tué par les balles de la police du Hamas.
De son côté, le chef du bureau de presse du gouvernement du Hamas, Ihab al-Ghussein, a dit «espérer que tout le monde attendra les résultats de la commission d’enquête, qui a commencé ses travaux», appelant à «ne pas se fier à des versions inexactes».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire