dimanche 12 mai 2013

Reyhanli: la Turquie va payer le prix de ses basses manœuvres contre la Syrie


Un double attentat a fait 43 morts à Reyhanli, dans le sud de la Turquie.Deux voitures piégées ont explosé samedi à Reyhanli, dans le sud de la Turquie, près de la frontière avec la Syrie, faisant au moins 43 morts et une centaine de blessés, les autorités turques dénonçant des liens entre les auteurs des attaques et le pouvoir en Syrie.
Au milieu de sa cacophonie habituelle, le gouvernement turc a déjà pointé un doigt accusateur en direction des autorités syriennes.
Pourtant,  Reyhanli est une ville qui  exprime ouvertement, comme le reste de la province de Hatay, son soutien au régime syrien et son hostilité aux milices rebelles stationnées dans la ville sous l’appellation de "réfugiés".
De là à penser que les "rebelles" ont décidé de faire d’une pierre deux coups en punissant les habitants de la ville et en faisant monter la tension entre la Turquie et la Syrie.
Un double attentat a fait 43 morts à Reyhanli, dans le sud de la Turquie.Et ce n’est peut-être qu’un début car on ne manipule pas sans risque pour sa propre sécurité les takfiristes et autres "djihadistes" comme les Américains en ont fait l’amère expérience en Libye tout récemment.
Il y a quelques jours seulement, un policier Turc était tué à un poste frontière par des miliciens qui voulaient entrer dans le territoire turc, une preuve parmi d’autres que les forces déchaînées par Ankara commencent à lui échapper.
 Le gouvernement turc se trouve maintenant devant deux solutions: mettre un terme à son appui aux prétendus rebelles et cesser de leur donner protection afin qu’une solution négociée puisse rapidement être appliquée; la deuxième consiste à entrer en guerre ouverte contre la Syrie.
 Dans les deux cas, la Turquie devra de toute façon payer un prix élevé.
 Contrairement à ce que certains croient, la Turquie n’est pas le pays qui accueille le plus de réfugiés Syriens.
Si au début, elle a effectivement largement ouvert ses portes à l’afflux de réfugiés, dont beaucoup faisaient l’aller-retour entre les deux pays, elle n’a pas tardé à fermer presque complètement ses portes organise l’accueil en fonction des ses intérêts.
Ce qui n’empêche pas le gouvernement turc de clamer haut et fort sa générosité, sans oublier de rappeler ce que lui coûte l’accueil des réfugiés.
Les autorités turques omettent cependant de dire que si l’essentiel des coûts leur échoit, c’est en raison du refus d’Ankara de laisser l’administration des camps au Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).
D’une manière générale, les modalités adoptées par la Turquie ne sont pas conformes au droit international dans ce domaine.
 Pour la bonne raison que les camps de réfugiés de Syriens en Turquie sont aussi des centres de formation et de commandement militaires pour les prétendus rebelles qui veulent renverser le régime baathiste en Syrie.
Si le gouvernement tuc a été finalement assez réticent à accueillir ces réfugiés Syriens, les habitants Turcs des régions ou sont installés ces réfugiés sont carrément exaspérés.
Mounadil al Djazaïri

Source:http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=111639&cid=86&fromval=1&frid=86&seccatid=35&s1=1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire