mercredi 8 mai 2013

Pourquoi le raid sioniste est une victoire pour Assad



Pourquoi le raid sioniste est une victoire pour Assad
IRIB- Les frappes de dimanche matin de l'aviation sioniste contre la banlieue de Damas
a déchaîné les chroniques, mais au vu des circonstances, dans lesquels elles se sont déroulées, ces frappes sont loin de constituer une action militaire réussie. En 1967, le spectaculaire raid aérien d'Israël a anéanti l'aviation des pays arabes, et, en ceci, il a marqué une franche victoire, ce qui est loin d'être le cas du bombardement de dimanche matin. Ce raid aux missiles contre le Rif de Damas n'a rien apporté au régime d'Israël, ni crédit, ni prestige, ni même un soutien digne de ce nom. La théorie dite d'attaque préventive titille, depuis longtemps, les officiels sionistes. Les sites nucléaires irakien et syrien ont, d'ailleurs, été, suivant cette même théorie, attaqués et anéantis. Il va sans dire que l'aviation israélienne, grâce aux largesss US; est en bon état, une certaine suprématie permet à celle-ci de lancer des frappes préventives. Mais cette suprématie ne peut, en aucun cas, être considérée, comme telle, quand le pays ciblé fait, lui même, l'objet d'une vaste offensive extérieure. La Syrie n'est plus considérée comme une puissance militaire, vu qu'elle fait face, depuis deux ans, à un assaut terroriste tous azimuts. Israël prétend, par ailleurs, attaquer la Syrie, pour atteindre le Hezbollah ou mieux dire, pour couper l'acheminement d'armes syriennes vers le Hezbollah, ce qui veut dire que la menace principale, pour le régime sionisite, vient de la résistance libanaise. Le raid sioniste de dimanche matin est loin d'être une victoire, pour six raisons :
1- Ce raid vient de ressuciter le vieux conflit arabo-israélien, au moins, auprès de l'opinion publique arabe, trop occupée, ces temps-ci, par le spectre d'une guerre générale, à caractère confessionnel. Ce faux pas a été franchi, sur fond d'efforts intenses de réconciliations arabo-sionistes entrepris par les alliés arabes d'Israël.
2- Ce raid sioniste a, définitivement, placé Israël, aux côtés des terroristes takfiris, dans la guerre qu'ils ont déclaré à l'Etat et à la nation syrienne. Ce fait discrédite Israël, non seulement, auprès de l'opinion régionale, mais aussi, auprès de l'opinion occidentale. Et puis, l'entrée en scène d'Israël change la nature de tous les rapports de forces, à l'échelle régionale. Le fait qu'Israël s'engage, militairement, aux côtés de l'ASL et d'Al-Nosra, ne peut que pousser, au moins, une partie des ennemis d'Assad à s'interroger sur la nature des milices, qu combattent l'Etat syrien. Les Nosratistes ont vite compris cette dérive, au contraire de l'ASL, dont le porte-parole a même rendu hommag au régime sioniste
3- Le raid a visé, selon les Sionistes, l'acheminement d'armes et de munitions vers le Hezbollah. Donc, le seul ennemi, dont a peur le régime sioniste, est la résistance libanaise. C'est par crainte du Hezbollah que Tel-Aviv s'est lancé, dans un soutien aveugle au Salafisme. Ceci marque un point, pour la Résistance, auprès de l'opinion musulmane.
4- Le cessez-le-feu, qui régnait entre la Syrie et Israël, depuis 1974, vient d'être rompu et la sécurité israélienne, du côté du Golan, est, désormais, menacée
5- La société israélienne a, désormais, peur des représailles, qui; selon elle, pourrait être même d'ordre chimique. L'insécurité intérieure vient, ainsi, d'être provoquée.
6- Le raid sioniste a suscité un tollé arabe, qui; bien que d'apparence; dans certains cas; montre que les dirigeants arabes ont encore peur d'une normalisation avec Israël, et ce, en dépit de tous les efforts qataris.

Le raid en question a été, également, un échec, pour les instances internationales, qui n'ont pas osé broncher. Le Conseil de sécurité a gardé le silence, l'ONU s'est contentée d'exprimer sa profonde inquiétude. Le raid de dimanche est, donc, loin d'être une victoire militaire. Il n'est même pas un acte hostile qui vaille, car si le Hamas assiégé peut se procurer des armes, le Hezbollah le peut, aussi, avec ou sans l'aide syrienne! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire