jeudi 23 mai 2013

Al-Qousseir : Comment l’armée syrienne aide-t-elle les civils à fuir?

Alors que les terroristes assiégés à Qousseir cherchent  à utiliser les civils comme bouclier humain, l'armée arabe syrienne s'efforce de les évacuer des zones de combats.
Quelque 42.000 Syriens vivent dans cette localité, située à 15 kilomètres de la frontière avec le Liban.
Cette ville s'est transformée depuis un an en une véritable base pour les terroristes salafo-wahhabites d'Al-Nosra. Ces trois derniers jours, une dizaine de villages dans la banlieue d’al-Qousseir ont été  "nettoyés" de la présence des terroristes ; ce qui constitue un exploit selon les experts militaires.
Les terroristes d'Al-Nosra déguisés en tenue de femme fuient la ville alors que les habitants préfèrent rester. Selon le journaliste de l'agence de presse iranienne Fars, seuls 10% de la population de Qousseir l'ont quittée car les terroristes prennent désormais refuge dans les villages d'alentours où ils sèment l'insécurité et entravent leur départ.
Et un intense trafic d'armes en provenance du Liban se poursuit en direction de ces villages.
Comment faire alors pour sauver la vie des populations civiles de Qousseir qu'Al-Nosra utilise ouvertement comme bouclier humain ?
Les soldats de l'armée syrienne régulière combattent les terroristes positionnés non loin des axes de communication reliant Qousseir aux villages voisins. C'est seulement à ce prix qu'ils peuvent sécuriser les routes et les autoroutes et aider ainsi au départ des populations civiles.
A l'ouest de Qousseir, les routes sont sécurisées et outre les habitants de la ville, les rebelles ayant déposé leurs armes quittent en ce moment la ville.
Au nord de Qousseir, l'armée syrienne a réussi à évacuer 40% de la population en sécurisant les points de passages et les  voies de sortie mais les Nosratistes ont pris en otage de nombreux syriens, des femmes et des enfants pour les utiliser comme bouclier humain.
Le pire est à craindre pour les habitants du nord de Qousseir composée en partie de chrétiens.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire