« Confisquer la carte d’identité des jeunes qui veulent aller combattre en Syrie pour qu’ils ne puissent pas voyager librement  ». C’est ce que propose Hans Bonte (sp.a), le bourgmestre de Vilvorde.
«  Nous devons pouvoir agir préventivement pour retenir ces jeunes », explique le bourgmestre dans De Standaard et Het Nieuwsblad. Pour lui, le nombre de jeunes musulmans radicaux qui désirent combattre en Syrie ne diminue pas. Les jeunes candidats au combat seraient, d’après lui, de plus en plus jeunes. Il plaide dès lors pour que les autorités locales puissent confisquer, pour une période d’un an maximum, la carte d’identité belge de ces jeunes qui déclarent ouvertement vouloir rejoindre un pays en guerre. «  Ils ne pourront ainsi plus quitter l’espace Schengen aussi facilement. »
Mercredi soir, Hans Bonte a reçu un appel de parents désemparés par la volonté de leur garçon mineur de partir combattre en Syrie. En novembre, six jeunes de Laeken sont partis en Syrie rejoindre une unité de djihadistes étrangers dans la région d’Alep, peut-on lire dans La Libre. Toujours selon le quotidien, ils seraient 600 Européens à rejoindre les rangs des rebelles pour se battre contre l’armée de Bachar Al-Assad.
Le bourgmestre de Vilvorde présentera sa proposition ce jeudi soir lors de la réunion avec ses homologues de Malines et Anvers. Une telle mesure préventive existe déjà en Allemagne. Les Pays-Bas étudient également l’opportunité de l’appliquer sur leur territoire.

« Pas besoin d’étrangers en Syrie »

Cheikh Bassam Ayachi a démenti recruter des jeunes pour les envoyer combattre en Syrie. Il affirme ne pas vouloir de Belges en Syrie, dans les colonnes de La Dernière Heure. Pour lui, ces « combattants amateurs » ou « ces aventuriers d’un jour » sont un poids pour le combat de son peuple.
Le prédicateur franco-syrien, qui est toujours inculpé en Belgique du chef de participation à une organisation terroriste, assure s’être retiré «  complètement de la scène politique, sociale, djihadiste. »
« On n’a pas besoin d’étrangers en Syrie parce qu’il y a actuellement des factions syriennes en suffisance, soit au moins 200.000 combattants. Qui ose demander à un jeune homme innocent de Belgique, qui a été élevé avec les frites et la mayonnaise, d’aller en Syrie ?  », explique-t-il au quotidien. «  Si on envoie un jeune homme d’ici là-bas, il faut dix personnes pour le protéger sinon il va crever. C’est une surcharge pour le peuple syrien. Tu dois l’entraîner, le nourrir, lui fournir maison et armes. Cela ne sert à rien. »
Selon le Cheikh, les Belges partis en Syrie sont des membres de Sharia4Belgium.