samedi 16 mars 2013

Le printemps salafiste aux portes de l’Europe

Source:http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=101951&cid=19&fromval=1&frid=19&seccatid=71&s1=1
Le printemps salafiste aux portes de l’Europe
L’équipe du site
C’est surtout l’Allemagne qui a pressenti les prémissesPerquisitions dans les centres salafistes en Allemagne d’une influence salafiste dans ses contrées, inspiré d’un "islamisme" menaçant, alimenté par la crise syrienne .  Et ce, depuis l’année dernière. Mobilisée depuis pour la contrer, elle ne semble toujours pas apte à la maitriser. La menace en est arrivée au perron de la chancelière allemande, voire au Bundestag, le batiment du parlement!
Déjoué à la dernière minute
le BundestagSelon le correspondant du journal libanais al-Akhbar dans ce pays, le directeur de la police du Lander (l’Etat fédéral) Hesse, situé au nord du Rhin, a annoncé dans une conférence de presse l’arrestation d’un certain nombre d’activiste salafistes. Leur interrogatoire a permis de découvrir à temps qu’ils complotaient pour tuer Angela Merkel et pour détruire le bâtiment du parlement, à la manière du Trade Center à New York.
Il révèle aussi que certains planificateurs des attentats courent toujours. Alors que les perquisitions des appartements de certains d’entre eux dans les deux villes de Bonn et d’Essen ont permis de trouver des armements, et 600 grammes de produits explosifs.
Parmi ceux qui ont été capturés se trouvent deux jeunes turcs âgés entre 20 et 30 ans, un Albanais de 43 ans, et un citoyen allemand.
la gare centrale de BonnConstat du correspondant d’al-Akhbar : le chef de la police allemande a refusé de répondre à une question posée par les journalistes sur une éventuelle implication de ces salafistes dans l’affaire de la valise d’explosifs, retrouvée le mois de décembre dernier dans la station des trains de la ville de Bonn, et dont l’explosion avait été rendue impossible à cause d’une panne technique. Faute de quoi, des centaines de victimes en auraient fait les frais.
Perquisitions chez les Salafistes
Manifestation à Bonn hostile aux caricatures du prophète Mohammad (s)C’est depuis le mois de mai dernier que les associations salafistes sont dans le collimateur des autorités allemandes. Date à laquelle, elles ont fait l’objet de campagnes de perquisitions de leurs centres dans 7 Länder. Dont entre autre «  Dawa », «  Odeus » et «  Nosra ».
Depuis, elles sont interdites d’activités, à Hasse et à Rhénanie-du-nord par un arrêté du ministre allemand de l’Intérieur, Hans-Peter Friedrich. Ces associations s’étaient fait remarquer lorsqu’elles ont insisté pour tuer les Chrétiens et les Juifs.
Les services de renseignements allemands évaluent le nombre de leurs adeptes en Allemagne à près de 5.000, ce qui est un chiffre très minoritaire dans une communauté qui compte 5 million de musulmans. Mais leur nombre connait une hausse progressive, au même rythme que leurs revendications qui demandent au gouvernement de soutenir l’Islam, et d’armer l’opposition syrienne. Sans compter les tracts qui contiennent des menaces contre des responsables allemands.
25 millions d'exemplaires de Coran!
Distribution d'exemplaires du Saint-Coran en AllemagneMais ce qui a le plus étonné les autorités allemandes, c’est leurs capacités de financement surprenantes qui leur ont permis d’imprimer, de publier et de distribuer en grand nombre des documents religieux en allemand, comme ce fut le cas de 25 millions de copies du Saint-Coran, distribuées en un court laps de temps, à tous les passants, dans tout le pays.
Selon la revue Focus, c’est un dirigeant connu sous le sobriquet Ibrahim Abou Naji qui est chargé de commanditer des impressions de textes religieux aux imprimeries allemandes, pour les distribuer gratuitement aussi bien en Allemagne qu’en Suisse et en Autriche.
Un camp en Egypte
Pour sa part, le directeur de l’agence fédérale du renseignement intérieur, ( le Verfassungschutz en allemand) , Hans-Georg Maassen a confié pour Al-Akhbar que cette montée en force de la mouvance des salafistes en Allemagne s’est accentuée après le départ en Égypte, à la même date, de près de 60 ressortissants allemands, pour y faire part aux camps d’entrainement, avant de se rendre en Syrie, en Somalie, en Lybie, au Yémen et au Mali.
«  Une base a été érigée en Égypte sous la direction d’un ressortissant autrichien qui s’appelle Mohammad Hammoud et connu sous le pseudonyme d’Abou Ouçama l’étranger », explique Maassen. Signalant qu’il a surtout préoccupé les autorités allemandes par ses appels au jihad contre les impies. Raison pour laquelle il a été extradé.
Menaces sur la Toile, exécutées en Allemagne 
Le quotidien allemand Der Spiegel qui s’est penché aussi sur l’affaire de ce salafiste révèle pour sa part que lui, ainsi que son assistant connu sous l’appellation «  Abou Azzam l’Allemand » ont fondé en Égypte un groupuscule armé baptisé « Millatu Ibrahim ».
Des salafistes en Allemagne

Interdit en Allemagne depuis juin dernier, c’est néanmoins ce grouppuscule, qui  sur la Toile, menace de mort la chancelière allemande, et de destruction le Bundestag, si le gouvernement allemand hésite à aider « la révolution islamique », en Syrie et dans le monde ! Les partisans ne se sont pas fait attendre pour la mettre en exécution!
 L'Europe, berceau des salafistes?

La semaine passée, lavidéo d’un salafiste allemand d’origine syrienne, diffusé sur le site de Der Spiegel, lançant un appel en allemand à ses paires pour le rejoindre en Syrie a jeté des sueurs froides chez les Allemands.
Le chef de la Commission de protection de la Constitution dans le land Rhénanie-nord, Burkhard Freier constate quant à lui que la propagande pro salafiste sur la Toile prend des dimensions dangereuses pour son pays, citant une vidéo qui a  vanté le salafiste Mourad K. qui a poignardé deux policiers à Bonn et a été condamné à six de prison.
Il assure que son Etat fédéral a vu doubler en un an le nombre des salafistes pour atteindre les mille. sachant que l'Etat du Hesse en compte à lui seul 900.
Un rapport secret du Bureau pénal fédéral en Allemagne, rapporte Der Spiegel, estime à près "de 900, ceux qui sont prêts à commettre des actes terroristes".
À l’instar de ses voisins, Berlin profite de la crise syrienne pour se débarrasser de ses salafistes. À la différence qu’elle refuse obstinément d’armer les insurgés, tous les insurgés, de crainte que "les armements ne tombent entre les mains des plus extrémistes".
Car par-dessus tout, c’est bien le retour des rescapés, conjugué à la magie que « les martyrs » peuvent exercer que Berlin appréhende le plus.
« L’image héroïque du moudjahid peut alimenter l’extrémisme des autres »,  explique une source sécuritaire concernée, pour le journal allemand.
Constat pertinent, d’autant plus que l’Europe, aussi laïque soit-elle,a été un terrain propice aux salafistes !!  
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire