samedi 26 janvier 2013

Les malades mentaux, nouvelle arme dans les mains de l’ASL!

Source :http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=93686&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Les malades mentaux, nouvelle arme dans les mains de l’ASL!
Les exactions commises par la soi-disant armée syrienne libre (ASL) contre la population syrienne sont innombrables. Dernièrement, ce sont les malades mentaux qui sont les victimes de cette armée « libératrice ».
Il y a déjà une semaine, des groupes de l’ASL ont pris d’assaut un hôpital pour maladies mentales laissant fuir des dizaines de malades à Alep. L’objectif n’est certes pas humain. En effet, l’ASL les utilise comme boucliers humains et kamikazes ! Elle  charge ces handicapés de matières explosives  et les pousse vers les zones de combat.
Deux d’entre eux sont morts dans les accrochages alors que les habitants de Hanano (Alep) ont rapporté à des sources médiatiques que les malades mentaux vagabondent dans les rues de leur quartier. 
Un médecin travaillant à l’hôpital ibn Khaldoun (à l’Est de la ville d’Alep) pour maladies mentales raconte à l’agence France Presse (AFP): « Les affrontements qui ont eu lieu dans la région proche de l’aéroport international d’Alep ont poussé la direction de l’hôpital à demander aux proches des malades de venir les ramener chez eux parce qu’elle n’est plus en mesure de prendre soin d’eux surtout que les médecins sont incapables d’arriver à leurs bureaux. Certains malades ont été remis à leurs familles alors que d’autres sont restés, mais ils ont été transportés au quartier résidentiel de Hanano à l’Est d’Alep ».
« Mais le nouveau siège n’est pas équipé pour accueillir des malades mentaux, et le nombre des médecins et des infirmiers est insuffisant pour assurer leur protection », ajoute-t-il.
Selon l’un des directeurs de l’hôpital qui s’est exprimé sur l’affaire en décembre dernier, huit malades sont morts dans les derniers mois, alors que la survie des autres est un véritable miracle.
Combats meurtriers dans une prison du nord syrien (ONG)

Des hôpitaux aux prisons, les rebelles armés ont pris d’assaut la prison centrale d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie et ont libéré plus de 100 détenus, sans toutefois prendre le contrôle de la prison. Depuis vendredi, des combats meurtriers ont opposé soldats et rebelles dans l'enceinte de cette prison, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH, proche de l’opposition syrienne).
 
 Au moins dix rebelles ont été tués dans ces affrontements. Des vidéos mises en ligne par des militants ont montré des rebelles à l'intérieur de ce pénitencier situé à l'entrée ouest d'Idleb.

Des dizaines d'hommes présentés comme des prisonniers s'échappent, guidés par les rebelles, alors que résonnent des tirs et des explosions, les hommes progressent le dos courbé pour éviter d'être touchés, mais l'un d'eux s'écroule après s'être vidé de son sang, sur une de ces vidéos.
Un autre enregistrement montre des cellules, certaines recouvertes de gravats et visiblement bombardées, ainsi que des cadavres de civils au sol. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire