mercredi 21 novembre 2012

Israël /Egypte/Turquie : + 40% d’exportations depuis le printemps arabe

Source : nosnondits.wordpress.com


Les relations entre Israël et l’Egypte sont dans une situation délicate – mais le commerce est florissant entre les pays. Les exportations israéliennes vers l’Egypte se sont élevées en 2011 à environ 200 millions $ – selon les données de la Division du commerce extérieur de l’Association des entrepreneurs. Une augmentation de 40% (en dollars) en 2011 en termes de volume d’exportation vers l’Égypte a été observé. Les exportations israéliennes ont dans leur ensemble augmenté, selon l’Institut de l’exportation, de seulement 11%.
L’augmentation des exportations vers l’Egypte est particulièrement impressionnante quand on considère que l’Egypte, qui est un pays en difficulté depuis la Révolution traverse une grave crise économique. Les exportations de produits chimiques vers l’Egypte ont fait un bond, selon l’Association des entrepreneurs, de 211% et totalisé 118 millions de dollars, et l’exportation de produits en plastique a augmenté de 20%. Les exportations de produits d’emballage, ont chuté de 40%, les exportations de machines ont diminué de 64% (peut-être à cause de l’affaiblissement de la coordination de la sécurité entre les deux pays) et les exportations de textile ont chuté de 3,6%.
Les exportations vers la Turquie augmentent encore 
Les relations entre Israël et la Turquie sont sensibles mais cela n’affecte pas les échanges entre les deux pays. Selon l’Institut des exportations israélien, les exportations d’Israël vers la Turquie se sont élevées en 2011 à environ 1,9 milliards de $, soit une augmentation de 40% par rapport à 2010. Cette augmentation a suivi la précédente de 2010 qui était estimé à + 30% .
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, avait annoncé les dernières années qu’il ne souhaitait plus que son pays ait des relations commerciales avec Israël. Cependant, Erdogan ne pouvait intervenir auprès des entrepreneurs privés qui ont fait des affaires avec les entrepreneurs israéliens, car la législation turque se rapportant à Israël, définit toujours le pays comme un pays ami. Les déclarations d’Erdogan n’ont pas convaincu la communauté d’entrepreneurs turcs, dont la plupart est opposée à son régime.
Sous la pression des deux gouvernements, le champ d’activités entre les 2 pays est en effet réduit, mais les relations commerciales privées n’ont pas été affectées par les problèmes politiques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire