jeudi 2 août 2012

Al-Assad nomme un faucon parmi les faucons à la défense

Al-Assad nomme un faucon parmi les faucons à la défense
Cette nomination n’a pas du être facile pour Al-Assad qui a tout fait pour tenir Al-Freij en retrait du fait de ses méthodes peu orthodoxes. C’est l’une des rares fois qu’un Général des forces spéciales est nommé ministre de la défense dans un pays arabe. Mais ce n’est pas tout.

Contrairement au Général Rajha qui était apprécié pour sa modération et son sens des subtilités, le Général Al-Freij est considéré comme un faucon parmi les faucons. Lors de la guerre entre le Hezbollah libanais et Israël en 2006, Al-Freij préconisa une entrée en guerre immédiate avec Israël.

Ce natif de Hama, âgé de 62 ans s’est illustré tout au long de sa carrière militaire par ses méthodes iconoclastes. On lui prête une obsession unique: En émettant des objections sur certaines décisions, il ajoutait invariablement qu’au lieu de croiser les bras et de parader pour la photo souvenir, l’état-major devrait penser sérieusement à aller guerroyer sur le lac Tiberiade et récupérer le plateau du Golan (occupé et annexé par Israël)…Son principal rêve est de bombarder Tel-Aviv.

Ce musulman sunnite appartenant à la principale communauté confessionnelle du pays a été nommé le 08 août 2011 chef d’état-major de l’armée syrienne après avoir commandé les forces spéciales et dirigé des opérations dans les régions de Daraa dans le Sud, le berceau de la contestation, d’Idlib près de la Turquie et sa région natale de Hama. Il est peu apprécié au sein du commandement militaire à cause de son franc-parler et ses méthodes très expéditives.

En 1982, en pleine guerre civile libanaise, Al-Freij dirigea des opérations spéciales dans la Bekaa libanaise pour contrer l’invasion israélienne et tenta à deux reprises d’assassiner Ariel Sharon. En 2003, ses commandos se sont accrochés à plusieurs reprises avec des unités de marines US stationnées à la frontière entre la Syrie et l’Irak. En 2006, lors de la guerre entre le Hezbollah et le Liban, il fut le seul haut officier syrien à se rendre au Liban et à participer activement aux opérations.

Sa nomination prélude d’une radicalisation de la lutte contre l’ASL et les groupes islamiques armés. Le Général Al-Freij s’est toujours plaint de la “modération” dont faisait preuve l’ancien ministre de la défense face à la contestation. Il semble que la perte de proches ait incité le président Al-Assad à nommer un faucon parmi les faucons de la vieille garde pour soit en finir une fois pour toutes avec la rébellion armée ou déclencher une guerre régionale avec Israël et la Turquie.

Les israéliens dont les forces sont en état d’alerte maximum au Golan étudient actuellement les options de plans de bombardement de dépôts d’armement et d’arsenaux de l’armée syrienne. Ce qui prouve que sur le terrain, tous les ingrédients d’une cinquième guerre régionale au Moyen-Orient sont réunis.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire