jeudi 5 janvier 2012

Retrait des chars des rues, témoignages des citoyens terrorisés

Source : www.almanar.com.lb
N.Raad
Le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil el Arabi a assuré que les forces syriennes ont retiré les chars et les artilleries des rues et des quartiers résidentiels.

Dans un point de presse tenu en Egypte pour évaluer la mission des observateurs et la situation en Syrie, el Arabi a indiqué que des francs-tireurs anti-régime sont toujours déployés dans certaines villes syriennes et que des tirs de feu sont entendus de temps à autre.
« La mission d’observateurs a réussi à acheminer des denrées alimentaires au peuple, surtout à Homs, et a pu évacuer des corps de personnes tuées», a-t-il dit.
Précisant que 3484 détenus ont été libérés depuis l’arrivée des observateurs, le secrétaire général de la Ligue arabe a révélé que la Ligue arabe a reçu de l’opposition syrienne des listes de noms des détenus pour s’enquérir d’eux.
Il a par ailleurs évoqué la possibilité de la tenue d’une réunion pour les ministres arabes des Affaires étrangères la semaine prochaine pour évaluer la mission des observateurs.
La mission des observateurs arabes doit être "clarifiée" (Juppé)
Les conditions de la mission des observateurs arabes en Syrie doivent être "clarifiée", a déclaré mardi le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, en déplorant par ailleurs que la Russie continue de bloquer une condamnation du régime syrien à l'ONU.
"Les conditions dans lesquelles se déroulent aujourd'hui cette mission d'observateurs méritent d'être clarifiées" et "je suis dubitatif" sur son déroulement, a dit le ministre à la chaîne de télévision française I-Télé.
"Est-ce qu'ils peuvent vraiment avoir accès à l'information en toute liberté ? Nous attendons le rapport qu'ils feront dans les prochains jours", a ajouté le ministre.
"Mais je ne peux pas considérer que la partie est déjà perdue", a toutefois ajouté Alain Juppé. "Le secrétaire général de la Ligue arabe a manifesté la volonté d'aller jusqu'au bout dans ses investigations. Il faut vraiment que la vérité soit établie et que le régime n'arrive pas à intoxiquer finalement les observateurs qui sont sur le terrain", a-t-il souligné.
Le chef de la diplomatie française a aussi réaffirmé que "le Conseil de sécurité ne pouvait pas rester silencieux" sur la Syrie. "On voit bien qu'il y a une répression absolument sauvage, que ce régime n'a plus réellement d'avenir et donc il appartient à la communauté internationale de se prononcer".
Il a regretté que "la Russie continue à bloquer" une condamnation du régime syrien par l'ONU. "Il y a bien un moment où le régime sera totalement isolé", a-t-il estimé.
Dans ce reportage du correspondant d'AlManar en Syrie, on rapporte les témoignages des citoyens syriens terrorisés par les gangs armés.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire