mardi 13 décembre 2011

Al-Maliki proclame devant Obama l'opposition de l'Irak aux sanctions contre la Syrie


Source : www.sana.sy


Washington / Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a réaffirmé l'opposition de son pays aux sanctions contre la Syrie, car selon lui, elles affectent au 1er lieu le peuple syrien.
Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président américain, Barak Obama, al-Maliki a fait noter que l'Irak n'a aucune intention d'imposer des sanctions à la Syrie, qu'il s'oppose même à telles sanctions, soulignant que son pays a soutenu l'initiative de la ligue arabe, car il avait souffert de l'embargo et des ingérences militaires.
"Nous ne sommes pas contre les aspirations du peuple syrien ou de n'importe quel autre peuple arabe, lais il n'est pas de mon de mon droit d'appeler un chef d'Etat de quitter le pouvoir. Nous ne voulons pas aussi exercer ce rôle et nous ne nous arrogeons pas ce droit. Moi, ce qui m'importe c'est l'intérêt de l'Irak et la sécurité de la région. Et j'estime que les pays de la région sont liés entre eux et la sagesse prend le dessus dans ce genre de sujet", a-t-il ajouté.
Al-Maliki a, encore dit : "Je ne pense pas que toutes les parties saisissent bien les risques d'une guerre dans la région. Elle sera comme une boule de neige qui provoquera sans doute une avalanche de crise qu'on ne peut maîtriser".
A propos d'éventuelle relation entre l'Irak et les USA, al-Maliki a indiqué que Bagdad a besoin d'une coopération politique avec les USA, en plus de la coopération sur les plans sécuritaires, économique et commercial.
Pour sa part, Obama a rétorqué en disant : "La pression internationale et la position prise par les USA avec ses partenaires pour imposer des sanctions à la Syrie est la position juste que nous devons prendre".
Al-Maliki était catégorique en annonçant qu'il n'était pas sur la même position avec Washington en ce qui concerne la Syrie, car selon lui, la position irakienne a été prise selon les intérêts de l'Irak et non pas pour des considérations iraniennes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire